2014


 
        . . . .      


2014 :: 


production crite 5 3 2
production crite
: 1, 2  


<b></b> : 17/08/2007
 <b></b>  :
<b></b> : 29
<b></b> : 2752
<b> </b> : 2845
: production crite: 28 2009, 02:42




Sujet-1</SPAN>
Pensez vous que dans l'espace existerait quelque part des plantes habites par d'autres cratures ? Comment vous les imaginez ? Peut-on un jour les rencontrer ? </SPAN>
-----------------------------</SPAN>
L'univers est tellement vaste tel point que la terre serait un point insignifiant dans l'immensit de l'espace. Mais existe-t-il d'autres plantes habites ? Comment seraient leurs habitants ? L'homme russira un jour de les atteindre </SPAN>
</SPAN>D'abord personne ne peut confirmer que la Terre est la seule plante habite. La science </SPAN>ne peut aller jusqu' prouver une telle chose. Tout est possible dans ce monde si vaste </SPAN>que nous ne </SPAN>connaissons que peu. </SPAN>Pour cela,j'estime que l'homme </SPAN>est tellement goste qu'il ne cesse de rpter qu'il est la seule crature raisonnable, et que </SPAN>sa plante ( la Terre) est la seule qui soit habite . D'ailleurs, n'oublions pas que ce mme homme prtendait, il y a seulement quelques sicles que la Terre tait le centre du monde. La science a prouv par la suite qu'une telle vrit tait fausse. De ma part, je crois que </SPAN>dans cet univers, il y a de la place pour </SPAN>plusieurs cratures raisonnables part l'homme. Prenons l'exemple de la Plante des Singes qui </SPAN>n'est pas seulement une uvre de science-fiction seulement. Ce roman </SPAN>nous propose </SPAN>une possibilit, une ventualit et non une simple hypothse. Bref, je pense </SPAN>sincrement qu'une plante habite existe quelque part dans l'espace. Toutefois, il faut patienter : l'homme la dcouvrira un jour comme il a dcouvert par pur hasard L'Amrique, qui tait pourtant si proche. </SPAN>
</SPAN>C es cratures </SPAN>ne seront surtout pas l'image de ces horribles extraterrestres montrs par le cinma amricain. Je les imagine d'abord diffrentes de l'homme mais sans aller jusqu' penser qu'elles seront une </SPAN>copie difforme de l'homme. Pour le reste, elles </SPAN>auront leurs langues, leurs habitudes, leurs socits .Par ailleurs, elles seront loin d'tres semblables </SPAN>aux robots ni dpourvus de sentiments. Elles seraient moins agressives que l'homme mais sans tre </SPAN>pacifiques non plus. </SPAN>En plus, je me permets d'imaginer qu'elles seront trs dveloppes. Enfin, </SPAN>j'estime que ce sont elles qui vont </SPAN>dcouvrir la terre et non le contraire. </SPAN>
</SPAN>Cette rencontre entre nous (les terriens) et </SPAN>les habitants de ces plantes perdues quelque part dans l'espace </SPAN>ne se fera surtout pas dans un an ou deux. Mais il faut patienter encore pendant des sicles avant de pouvoir serrer la main d'un extraterrestre. En outre, La rencontre ne sera pas le fruit d'un pur hasard : on doit les chercher. C'est d'ailleurs ce que </SPAN>font les scientifiques depuis des dcennies. Sans oublier qu'en ce moment mme, peut tre il y a dans cet univers d'autres cratures qui </SPAN>se demandent si nous nous existions, et qui nous cherchent dj. Pour cela, il est possible que </SPAN>notre rencontre ait lieu mi chemin.</SPAN>
</SPAN>Pour conclure, je peux affirmer que l'existence d'une autre plante habite n'est pas toujours prise au srieux par nous autres hommes. Mais il ne faut pas oublier que, se poser sur la lune n'tait pas possible </SPAN>il y a seulement </SPAN>une trentaine d'annes. Avec la science, j'ose </SPAN>affirmer que tout est possible. </SPAN>Vive la science alors sans </SPAN>dvaloriser la fiction bien sr</SPAN>
----------------------------------</SPAN>
Sujet-2</SPAN>
D'aucuns prtendent que la Terre est la seule plante habite et qu'il ne peut exister d'autres cratures civilises part l'Homme. Partagez vous la mme opinion ?</SPAN>
-----------------------------------------------------------------------</SPAN>
D'abord personne ne peut confirmer que la Terre est la seule plante habite. La science </SPAN>ne peut aller jusqu' prouver une telle chose. Tout est possible dans ce monde si vaste </SPAN>que nous ne </SPAN>connaissons que peu. </SPAN>Pour cela,j'estime que l'homme </SPAN>est tellement goste qu'il ne cesse de rpter qu'il est la seule crature raisonnable, et que </SPAN>sa plante ( la Terre) est la seule qui soit habite . D'ailleurs, n'oublions pas que ce mme homme prtendait, il y a seulement quelques sicles que la Terre tait le centre du monde. La science a prouv par la suite qu'une telle vrit tait fausse. De ma part, je crois que </SPAN>dans cet univers, il y a de la place pour </SPAN>plusieurs cratures raisonnables part l'homme. Prenons l'exemple de la Plante des Singes qui </SPAN>n'est pas seulement une uvre de science-fiction seulement. Ce roman </SPAN>nous propose </SPAN>une possibilit, une ventualit et non une simple hypothse. Bref, je pense </SPAN>sincrement qu'une plante habite existe quelque part dans l'espace. Toutefois, il faut patienter : l'homme la dcouvrira un jour comme il a dcouvert par pur hasard L'Amrique, qui tait pourtant si proche. </SPAN>
</SPAN>C es cratures </SPAN>ne seront surtout pas l'image de ces horribles extraterrestres montrs par le cinma amricain. Je les imagine d'abord diffrentes de l'homme mais sans aller jusqu' penser qu'elles seront une </SPAN>copie difforme de l'homme. Pour le reste, elles </SPAN>auront leurs langues, leurs habitudes, leurs socits .Par ailleurs, elles seront loin d'tres semblables </SPAN>aux robots ni dpourvus de sentiments. Elles seraient moins agressives que l'homme mais sans tre </SPAN>pacifiques non plus. </SPAN>En plus, je me permets d'imaginer qu'elles seront trs dveloppes. Enfin, </SPAN>j'estime que ce sont elles qui vont </SPAN>dcouvrir la terre et non le contraire. </SPAN>
</SPAN>Cette rencontre entre nous (les terriens) et </SPAN>les habitants de ces plantes perdues quelque part dans l'espace </SPAN>ne se fera surtout pas dans un an ou deux. Mais il faut patienter encore pendant des sicles avant de pouvoir serrer la main d'un extraterrestre. En outre, La rencontre ne sera pas le fruit d'un pur hasard : on doit les chercher. C'est d'ailleurs ce que </SPAN>font les scientifiques depuis des dcennies. Sans oublier qu'en ce moment mme, peut tre il y a dans cet univers d'autres cratures qui </SPAN>se demandent si nous nous existions, et qui nous cherchent dj. Pour cela, il est possible que </SPAN>notre rencontre ait lieu mi chemin.</SPAN>
</SPAN>Pour conclure, je peux affirmer que l'existence d'une autre plante habite n'est pas toujours prise au srieux par nous autres hommes. Mais il ne faut pas oublier que, se poser sur la lune n'tait pas possible </SPAN>il y a seulement </SPAN>une trentaine d'annes. Avec la science, j'ose </SPAN>affirmer que tout est possible. </SPAN>Vive la science alors ! </SPAN>
----------------------------------</SPAN>
Sujet-3</SPAN>
Les souvenirs d'enfance restent gravs dans la mmoire. Rdigez un texte o vous voquez vos premiers souvenirs l'cole, vos sentiments et vos commentaires</SPAN>
-------------------------------------------------------</SPAN>
C'est ce jour la, un lundi matin que le professeur de franais rend les compositions et les classements de fin d'anne. Devant le portail du college, jattendais avec impatience que le gardien ouvrit les portes et que nous nous engouffrions dans la cour de la rcration quelque mtres devant moi, japeru Ansari, celui qui le professeur de franais ne cessait de distribuer des bons points pour le rcompensrent de son excellent travail. </SPAN>
Sept minutes aprs, le professeur apparut sur le seuil de la classe et appela au rang par deux. Nous nous minimes en file indienne et nous pntrions dans la salle de cours. Allez ! Nous ordonna le professeur, asseyez-vous! Je vais commencer par vous rendre les compositions et les classements, puis nous terminons les jeux commenc la dernire sance." </SPAN>
tandis qu'une angoisse rgnait sur les rangs. Le professeur s'assit derrire un pile de copies qu'il avait pose sur son bureau.une motion forte me poigna.je pensais au moment ou le professeur allait dire : untel, premier, unteldeuxieme.Chacun savait que c'tait Hicham qui aurait la premire note.Qelques lve marquait des signes d'impatience. </SPAN>
Le professeur se leva s'avana au milieu de la range central, puis lana le verdict tant attendu : " premier, mimouni." il y eut une grande stupfaction dans la classe : il ne savait mme pas combien font un plus un: il ne savait pas lire, pas crire. </SPAN>
Le visage d'Ansari tait devenu sombre .lorsque le professeur annona que far tait deuxime, c'est moi qui vacilla. Jtais sur d'avoir la deuxime note. Mais c''tait un fainant qui me volait ma joie. Mais quand le professeur jeta sur nous le regard malicieux, nous comprimons qu'il tait en train d'annoncer le classement l'envers, pour se moquer des cancres. Toute la classe rit de bon cur</SPAN>
---------------------------------- </SPAN>
Sujet-4</SPAN>
Racontez un rcit o vous voquez le souvenir (rel ou imagin) d'une visite chez un voyant ou un gurisseur</SPAN>
J'ai une toute petite mmoire et il m'arrive souvent d'oublier </SPAN>o j'ai mis mon cartable. Toutefois, il y a des souvenirs d'enfance </SPAN>qui sont tatous dans cette mmoire. </SPAN>
</SPAN>---------------------------------------------------------------------</SPAN>
</SPAN>Je me rappelle encore j'avais peine trois ou quatre ans-, j' accompagnai ma grand-mre chez un </SPAN>voyant. Lalla, c'est ainsi que </SPAN>j'aimais appeler ma grand-mre, me prit dans ses bras, un jour o mes parents taient absents, et sortit. Elle me dit qu'on allait voir un </SPAN>homme de trs grande valeur. Elle l'appelait Ch'rif. Je vois encore devant moi Lalla frapper la porte d'une maison, et un garon de </SPAN>mon ge venir ouvrir. Sans </SPAN>dire un mot, il nous montra le chemin. Par des escaliers troits, nous </SPAN>arrivmes une petite pice mal claire. Un monsieur, la barbe blanche et au turban vert, tait assis </SPAN>sur une vieille natte. Il nous demanda de nous installer. Lalla lui demanda de voir mon avenir. Je ne comprenais rien </SPAN>tout ce rituel, mais je suivais avec attention </SPAN>ce que faisait le vieil homme. Il me paraissait si </SPAN>mystrieux. Ses paroles </SPAN>taient presque incomprhensibles. Je croyais qu'il parlait quelque langue secrte </SPAN>mais Lalla semblait </SPAN>suivre avec attention. Elle hochait sa tte en signe d'accord. De temps en temps, elle lui posait quelques petites questions mon sujet. Il rpondait brivement en ajoutant de l'encens dans le brasero qui tait devant lui. </SPAN>Puis, sans que j'arrive comprendre ni pourquoi ni comment, </SPAN>ma grand-mre lui glissa </SPAN>nerveusement quelque chose dans la main, me porta dans ses bras et sortit vite les yeux en larmes. Ce que le Ch'rif lui dit, je ne l'ai point compris. Mais quelques annes plus tard, elle me rappelait tout le temps que ce bon </SPAN>vieux monsieur lui avait </SPAN>dit qu'il ne me restait pas plus de </SPAN>deux ans vivre. Elle a d , semble-t-il- attendre ma mort longtemps. </SPAN>


[ ]


<b></b> : 17/08/2007
 <b></b>  :
<b></b> : 29
<b></b> : 2752
<b> </b> : 2845
: : production crite: 28 2009, 02:43



</SPAN>Et chaque fois qu'elle se souvenait de cette scne, elle me disait : l'avenir ne peut tre lu par des hommes. Seul Allah peut le savoir. Qu'Allah bnisse son me. </SPAN>
----------------------------------</SPAN>
</SPAN>
Sujet-5</SPAN>
Le condamn mort rdige une lettre sa petite fille Marie qu'elle lira sa majorit. Que lui crira-t-il ?</SPAN>
A deux pas de la mort le condamn mort dseper ,ne pense qu' la mort et son mauvais sort.Voulant ainsi fait dieu sa petite fille , il va l'crire sa dernire lettre avant l'excusion dont laquelle il dit: </SPAN>
Un condamn mort peut tre un hros populair aussi qu'un criminel chez certains gens chacun sa vision.Ce que je veux dire ma chrie c'est que je t'aime beaucoup , je te demande de me pardonner ma petite car je ne pourrait pas t'offre la tendresse paternelle et que je te laisse tout le temps sans un pre qui te protge.Je te conseille de ne t'inquite pas de ce que les gens disent de moi.Vit ton instant comme tout les enfant et les adults.C'est mon destin d'tre loin de toi toute la vie. </SPAN>
N'oublie pas que je t'aime</SPAN>
---------------------------</SPAN>
pour ou contre la peine de mort</SPAN>
--------------------------------------</SPAN>
Introduction:la peine de mort est une action que nous connssions depuis l'antiquit,pour punir les criminels, mais elle devise la socit en 2 groupes , un de partisans qui dfend la peine de mort et l'autre d'opposants qui' s'attaque. </SPAN>Pour: </SPAN>certain personne croit que la peine de mort rduit les taux de la criminalit dans la socit,il dit que l'excution sert d'exemple dans la socit et rtablir la justice en tuent celui qui a tu , alors il pense que la peine de mort donne une valeur a la loi et dbarrasse la socit d'individus qui ne font que rcidiver a chaque fois qu'ils sont gracis</SPAN>
</SPAN>contre: </SPAN>l'autre groupe pense que malgr l'application de la peine de mort les taux de criminalit ne cesse de s'lever, ils disent qu'au lieu de priver une personne de vie il vaut mieux essayer de comprendre le flau de la criminalit et de le rsoudre par des compagnes de sensibilisation, et on a vu dan le roman -le dernier jour d'un condamn- l'exemple du friche qui est le fils d'un excut et on a vu encore son destin .Lui aussi est devenu un voleur tueur Alors il se trouve victime de la peine de mort. </SPAN></SPAN>
Conclusion: je suis contre la peine de mort car il n'est pas une bonne faon de supprimer les criminels alors qu'on sait que leurs enfant vont y devenir eux aussi...!l</SPAN>
-------------------------</SPAN>
</SPAN>Sujet7: Actuellement, les parents se plaignent souvent de leurs enfants. Ces derniers, leur tour, reprochent leurs parents d'tre autoritaires envers eux. Essayez d'expliquer ce phnomne, partir de votre exprience personnelle et de vos connaissances, Apportez, si c'est possible, une solution ce conflit.</SPAN>
</SPAN>------------------------------------------- </SPAN></SPAN>
</SPAN>Il va sans dire que la famille est la base de la vie sociale et assure la continuit de l'espce humaine. Partant de cela, on peut dire que la famille est une forme de rapports sociaux elle s'efforce d'tablir une harmonie entre ses lments qui la constituent.Or, cette continuit ne se fait pas sans crise. Laquelle crise est considre aussi bien par les psychopdagogues que les sociologues comme vidente.La famille est cens apporter au jeune la scurit et la tendresse qui le protgent des dangers du monde extrieur, contre lequel il n'est pas encore immunis, assurer sa scurit, cimenter sa personnalit et le garantir contre les preuves. Mais cela ne saurait cacher le revers de la mdaille, c'est--dire, les conflits, les angoisses, les incomprhensions etc...Les parents ne cessent de se plaindre de leurs enfants, ils les accusent d'tre l'origine de conflits pensant' que leurs parents sont dpasss et que la conception que se font ces derniers de la vie est rvolue et que la ralit actuelle est totalement diffrente d'autrefois.Les jeunes se croient aptes avoir la possibilit de grer leur vie comme il leur convient. Ils se conduisent comme s'ils taient munis de toute exprience susceptible de les mettre l'abri des difficults de la vie. Ils considrent, par exemple, l'intervention de leurs parents dans le choix de leurs vtements, de leurs ami(e)s comme une ingrence dans leur vie prive, dans leur intimit.</SPAN>
</SPAN>On pense que l'ouverture de la socit, les moyens modernes de communication,le dveloppement des mdias.. .ont rendu plus rapide la maturation de ces jeunes et a acclr leur panouissement. Ainsi, ils sont persuads qu'ils sont capables de grer leur vie sans le concours de leurs parents dans un monde devenu plus complexe, plus dangereux tous les niveaux.Nanmoins, il existe des parents qui se montrent excessivement autoritaires, ignorant que le jeune traverse une tape dcisive de sa vie, qu'il est en pleine mutation. Cette tape se caractrise par des transformations aussi bien physiologiques que psychologiques. Les parents qui ignorent ce processus ne font que creuser davantage l'cart qui existe dj entre eux et leurs enfants. Cela provoque inluctablement des conflits de gnrations chroniques et profonds. Cela pourrait, sans doute, engendrer la dislocation de la cellule familiale, dans une poque o l'on a besoin beaucoup plus de soutien et de solidarit.Il faut reconnatre que nous assistons au dbut du dclin de l'autorit parentale. Ainsi, s'est constitue, entre l'enfance et l'ge adulte, une sorte de no man's land une sorte de classe d'ge, qui aussitt divorant d'avec l'ge de l'enfance, tente, tant bien que mal, de prendre son destin en main.Le jeune dans sa famille se sent, malgr lui, tiraill entre deux besoins diamtralement opposs, savoir le besoin de scurit et le besoin d'autonomie et d'indpendance.Il est regrettable de dire que les parents ne jouent plus le rle qui ils jouaient avant et que les commandes et les rnes de la famille leur chappent cdant ainsi l'initiative ce que l'on appelle communment l'ouverture au nom du modernisme . On dirait que les parents ne sont devenus que des personnes qui doivent se charger des dpenses de leurs enfants, rgler des factures, payer les mensualits des coles etc. ..Ils ne sont plus, malheureusement, les initiateurs, les conseillers. Ils sont devenus une ancienne devise qui n'est plus ni ngociable ni commerciable.En attendant que ces jeunes retrouvent leur sagesse et leur bon sens, les parents doivent tre patients face des sujets emports par le courant d'un pseudo modernisme qui pourrait dtruire jamais les normes sur lesquelles repose la famille.C'est une erreur fatale de croire que, quelle que soit l'poque, les jeunes peuvent se passer des parents, ou peuvent mener seuls la barque sans problmes . </SPAN>
----------------------------------</SPAN>
Sujet8:</SPAN>
</SPAN>Il y a srement une personne qui a produit sur vous un effet. Faites d'elle une de--xx--ion physique et morale.</SPAN>
-------------------------------------------------</SPAN>
Il arrive souvent l'homme d'tre impressionn par une personne qu'il a ctoye </SPAN>
un moment de sa vie. Cette impression peut tre produite soit par son physique ou par sa personnalit.</SPAN>
C' est justement ce qui m'est arriv lorsque j'tais au lyce avec une de mes camarades de classe. Elle s'appelait Samira.</SPAN>
Personne ne pouvait nier sa beaut anglique. Elle n'avait rien envier aux reines de la beaut. Elle tait d'une taille moyenne, ses cheveux dors encadraient son petit visage rond. Son minuscule front, peine visible, tait recouvert d'une frange tombant sur des sourcils relativement pais, et d'une courbe presque parfaite.</SPAN>
Des yeux noisettes, dont le regard perant, exprime une intelligence rare ce qui lui donnait beaucoup d'attrait c'tait son lgance. Elle avait un got raffin dans le choix des vtements qui lui allaient merveille. Elle avait un choix soign dans le mariage des couleurs. On dirait une princesse.</SPAN>
</SPAN>


[ ]


<b></b> : 30/03/2009
 <b></b>  :
<b></b> : 23
<b></b> : 4
<b> </b> : 1847
: : production crite: 03 2009, 10:10



merci


<b></b> : 11/12/2009
 <b></b>  :
<b></b> : 24
<b></b> : 4
<b> </b> : 1591
: : production crite: 11 2009, 12:19



MERCI KHOYA


<b></b> : 24/11/2009
 <b></b>  :
<b></b> : 23
<b></b> : 9
<b> </b> : 1613
: : production crite: 16 2009, 21:47



merci bouceaup
1 2 : 1, 2  

:
2014 ::  -